Regions / Quartiers à Visiter

Achrafieh

Quartier à l’est de Beyrouth, perché sur une colline. Avant les années 1930, Achrafieh était habitée par un nombre limité de familles beyrouthines. Elle devint une agglomération de taille croissante pendant les années 60 et ses habitants se multiplièrent durant la guerre (1975-1991) avec le mouvement de fuite loin de la ligne de démarcation. Aujourd’hui, le quartier d’Achrafieh est une zone résidentielle prospère et commerciale par excellence. Son emplacement adjacent au centre-ville et au port de Beyrouth a fait d’elle une zone administrative choisie par les banques et les sociétés maritimes. Ceci n’empêche pas Achrafieh et sa Place Sassine de connaître une vie nocturne active sans oublier la présence de grands magasins, de centres commerciaux, de cinémas, de restaurants et de boites de nuit.

 

Sursock

Un quartier résidentiel où se trouvent les palais Mokbel et Lady Sursock-Cochrane, Linda et Ibrahim Sursock et le musée Nicolas Sursock qui propose périodiquement des expositions. Construit en 1902, ce splendide bâtiment fut converti en musée en 1952.

 

Furn el-Hayek

Compte encore quelques anciens immeubles qui soulignent la richesse du patrimoine architectural libanais du début XXe siècle. Construit en 1924 par l’architecte Youssef Aftimos, l’immeuble Barakat se trouve au carrefour Sodeco. Les rues du Liban, Chehadé, Selim Boustros et Abdel Wahab Inglizi à Furn el-Hayek gardent quelques maisons et bâtiments anciens.

 

Rue Monot

Un quartier résidentiel à l’origine, cette rue avoisine la ligne de démarcation et fut presque détruite durant la guerre. De nouveaux bâtiments ont été érigés après la guerre: les anciennes habitations ont été rénovées et transformées en restaurants ou pubs.

 

Gemmayzé

Quartier à majorité résidentiel, il préserve son authenticité architecturale et sociale sans se refermer face à la modernité. L’aspect du quartier a évolué depuis une dizaine d’années. Les marches de l’escalier Saint Nicolas forment un espace culturel public unique où artistes et peintres se rejoignent pour exposer leurs œuvres sans oublier l’ouverture récente de plusieurs cafés et restaurants. De nos jours, Gemmayzé accueille l’ambiance particulière des soirées fougueuses de la jeunesse libanaise.

 

Hamra

Située à l’ouest de Beyrouth, Hamra est une rue fascinante avec ses nombreux magasins, négoces, hôtels, cinémas, théâtres et quartiers résidentiels. Ses lieux d'attraction sont divers, mais elle est surtout le lieu de rencontre des étudiants au vu de sa proximité de l’Université Américaine de Beyrouth. Ce quartier dont la rue commerciale regroupe maisons de marques et petits magasins fait le bonheur des flâneurs et touristes qui désirent y «  faire du shopping ».

 

Verdun

Situé un peu plus loin que Hamra, ce quartier fut témoin d’un développement économique vers la fin des années 1990. Il est connu pour être un croisement de culture et de commerce. Ce secteur est choisi par un bon nombre de sociétés commerciales et de banques sans oublier les appartements luxueux que les Arabes et les étrangers choisissent comme lieu de résidence. On y retrouve des magasins de grandes marques, des grands couturiers libanais et des hôtels de luxes

 

Clemenceau

Entre Hamra et le centre-ville, le quartier Clemenceau garde quelques anciennes villas bourgeoises des familles Joumblatt et Daouk. Au milieu d’un espace vert, l’école Supérieure des Affaires (ESA) est située dans un bâtiment construit en 1862 par l’ordre St Jean initialement pour un hôpital.

 

Zokak el-Blatt

Le dernier bain turc public, Al-Nouzha se trouve à Zokak el-Blatt, à proximité de la tour el-Murr à la limite sud-ouest du centre-ville. Inauguré en 1920, ce bain comporte un sauna, un caldarium et une salle de massage. Horaire pour les femmes le lundi matin. Horaire pour les hommes, les autres jours de la semaine. Le quartier de Zokak el-Blatt compte également plusieurs anciennes maisons comme les palais Heneiné et Ziadé, actuellement très endommagés. Le palais Robert Mouawad est devenu un musée.

 

 

Raouché et la Corniche

La Corniche Al Manara, ou Corniche du Phare, s’étale entre Ain el Mraissé et Ras Beyrouth. Elle longe le front de mer et offre aux flâneurs un espace de détente où amoureux et joggeurs s'entrecroisent. Le quartier est connu pour ses stations balnéaires et ses hôtels. Des restaurants et cafés bordent l’avenue du Général de Gaulle et offrent aux visiteurs de la bonne cuisine et une vue panoramique relaxante. Bordant la corniche vers le sud se trouve le phare de Beyrouth qui, par son emplacement, donna son nom au quartier. Plusieurs outils datant de la Préhistoire ont été retrouvés à proximité de la Grotte aux Pigeons, ou Raouché et sont exposés au Musée de Préhistoire Libanaise (Université Saint-Joseph).

 

La «Raouché» de son appellation arabe n’est autre que l’arabisation du mot « rocher ». Ces deux rochers se sont détachés de la terre et leur forme actuelle, de 60 mètres de hauteur, ressemble à deux sentinelles qui gardent cette contrée.

 

Quartier des hôtels

C’est la région qui s’étend entre le centre-ville de Beyrouth et la corniche d’Ain El Mraissé. Elle est réputée pour sa concentration d’hôtels nationaux et internationaux, notamment le Saint Georges Yacht Club bâti en 1933 avec l’architecture la plus moderne de son temps. L’hôtel fut victime des grands chocs de la guerre du Liban et attend toujours d’être restauré après la guerre, surtout la restauration des dégâts causés par l’attentat qui a couté la vie à l’ancien Premier Ministre Rafic Hariri en 2005.

Ce quartier compte également le fameux hôtel «Phoénicia Intercontinental» construit en 1961. Restauré contentement après la guerre, cet hôtel conserve une modernité élégante. Il accueillit le Sommet arabe organisé en 2000 et le Sommet de la Francophonie en 2001 sans oublier les nombreux colloques et conférences internationaux et locaux. 



Username
Password
Forget Password ?