Le Tourisme Réligieux
Le Patrimoine Religieux Musulman
Cazas de Koura et de Zghorta

1- Mosquée de la Mer à Al-Qalamon

Située à 6 km sur la côte au Sud de Tripoli, cette ancienne mosquée connue sous le nom de Mosquée de la mer, fut construite depuis près de huit siècles selon les propos rapportés par les habitants de Qalamoun. Cette hypothèse est justifiée par une plaque en pierre sculptée sur le mur à côté du Minbar qui précise la date de la construction en l'an 527 de l'Hégire (1132 Ap JC.) à l'époque où les Croisés gouvernaient encore la côte syrienne. Elle fut restaurée par le Sheikh Ali Mouna Allah Al-Baghdadi (mort en 1192 A.H./ 1778 Ap JC.). La mosquée construite en pierres sableuses, est constituée de deux grands vestibules, avec deux Mihrab. La corniche saillante qui couronne les murs de la façade est ornementée avec des motifs géométriques. Quant au Minaret, il est de construction récente. C'est dans cette mosquée que l'Imam Sheikh Muhammad Rashid Rida se retirait pour rédiger ses ouvrages et préparer la publication de sa revue Al-Manar.

 

 

2- Mousalla (oratoire) Ain Al-Jami' – Al Qalamoun

Situé sur la côte, au Sud de la Mosquée de la mer, cet oratoire fut construit - selon les dires des habitants de Qalamoun - par les musulmans, à côté d'une fontaine près de laquelle ils campaient pour affronter les armées des Croisés. Plus tard ce lieu de prière s'est transformé en mosquée connue sous le nom de la Mosquée de la Fontaine. Son Mihrab tourné vers la Qiblah est encore intact.

Une association musulmane l'a transformée depuis un certain temps en école pour l’enseignement religieux.

 

 

3- Mosquée de Bishmizzine - Koura

Située au village de Bishmizzine à Koura, dans un quartier paisible au milieu des pins, cette petite mosquée qui côtoie l'église du village fut construite – selon les habitants - depuis des centaines d'années. A une dizaine de mètres se trouve un cimetière musulman, l'épitaphe porte le nom de Jamal al-Din Shiha et la date de 1287. Ce nom serait celui d'un émir cité dans les contes populaires qui relatent la vie du Sultan Al-Zahir Baïbaras. Quant à la date inscrite, elle devance de deux ans l'année de la libération de Tripoli par le Sultan Al-Mansour Qalaoun en 1289. Cette mosquée fut dernièrement restaurée et dotée d'une coupole et d'un grand Minaret. L'emplacement de la mosquée à côté de l'église a une portée symbolique dans un pays comme le Liban; c'est une preuve de la cohabitation des citoyens et de l'entente entre les Musulmans et les Chrétiens, malgré la divergence des voies qui les mènent à Dieu.

 

 

4-Mosquée de Barbar à I'Aal – Zgharta

Située à 5 km à l'Est de Zgharta, dans le village paisible de I'al qui repose au milieu des oliviers, cette mosquée fut construite sur une colline avec la citadelle qui la côtoie, en 1813 (1230 AH.) - comme le précise la plaque inscrite au-dessus du porche d'entrée - par le gouverneur de Tripoli Moustafa Barbar Agha. Ce dernier a gouverné les provinces de Tripoli et de Lattaquié pendant une trentaine d'années, à des périodes intermittentes, et sa tombe se trouve à côté de la mosquée.




Tripoli

Parmi les sites islamiques de Tripoli

 

1- La Grande Mosquée Al-Mansouri

C'est la plus grande mosquée de Tripoli et du Liban en général. Elle fut construite sur ordre du Sultan Al-Ashraf Khalil Bin Qalaoun en 1294 (693 AH) sur la place Al-Nouri. En 1315 (715 AH), le Sultan Al-Nasser Muhammad Bin Qa1aoun donna l'ordre de construire les galeries (riwaq) autour de la cour extérieur. Le plan comprend quatre portes d'entrée: deux entrées sur la façade Est; une entrée sur la façade Ouest; et une entrée ornementée sur la façade Nord, plus grande que les autres et sur laquelle est sculptée une inscription précisant le nom de son fondateur. Au-dessus de cette porte s'élève aussi le Minaret dont la tour est constituée de quatre étages, d'un style qui dénote une influence architecturale nord-africaine.

D'autres particularités caractérisent cette mosquée : les deux Mihrab, l'un axial et l'autre secondaire, le Minbar de bois et ornementé par de superbes formes géométriques sur l’ordre de l'Emir Shéhab EI-Din Qorday en 1326 (726 AH), le bassin d'ablution et la salle de prière surmontée d'une coupole en pierre au centre de la cour, ainsi que la salle des "Relique du Prophète" comportant un poil de la barbe du Prophète, située sous la galerie Ouest et que les croyants visitent au mois de Ramadan.

 

 

2- Mosquée Taynal

Située à l'entrée Ouest de la ville, cette mosquée fut construite en 1336 (736 AH) par l'Emir Sayf EI-Din Taynal Al-Hajib, au milieu des jardins qui entouraient la ville, actuellement ravagés par les constructions. Sa cour en marbre donne sur quatre salles réservées aux « Qadi » (juges) de diverses doctrines reconnues à l'époque des Mamelouks (Chafi'i, Hanafi, Maliki et Hanbali). La mosquée a deux salles de prière: la première est surmontée d'une grande coupole soutenue par quatre colonnes de granit égyptien couronnées de chapiteaux de style corinthien; et la seconde contient le Mihrab et le Minbar en bois exécuté par le maître-menuisier Muhammad As-Safadi en 1336 (736 AH). Ces deux salles sont séparées par une porte monumentale qui rivalise par la richesse de sa décoration avec les plus belles portes des monuments Mamelouks du Caire. Quant au Minaret, sa conception est presque unique dans l'art architectural arabo-musulman, car il ressemble à la tour d'une citadelle ou à la tour crénelée de l'échiquier; ses deux escaliers superposés en pierre mènent l'un à l'extérieur et l'autre à l'intérieur de la mosquée, et ceux qui les empruntent ne se croisent guère.

 

 

3- Mosquée Al-Bourtassi

Ce monument - probablement le plus beau parmi les monuments Mamelouks de Tripoli - se situe sur la rive gauche du fleuve « Qadishah », au Nord-Est de la citadelle sur la place de Bab Al-Hadid. Il fut construit par Issa Ibn Omar Al-Bourtassi Al-Kurdi vers 1310 (710 AH) pour servir de madrasa (école coranique) et de mosquée. Son minaret carré de style andalou se dresse au-dessus du porche d'entrée. Son Mihrab se distingue par sa mosaïque dorée sous forme de calice où fleurissent des branches qui rappellent la façade de la Grande Mosquée Omayyade de Damas. Cette mosquée se distingue aussi par sa large coupole qui abrite la fontaine d'ablution faite en marbre.

 

 

4- Mosquée Al-Attar

La mosquée de Badr Ad-Din Al-Attar se situe entre Khan al-Khayatin et Souk Harraj. Elle fut construite vers 1330 (730AH) sous la direction du fameux architecte Abou Bakr Ibn Al-Bousays Al Baalbaki, comme le précise l'inscription sculptée au-dessus du linteau de la porte Ouest. Un autre maître maçon, Muhammad Ibn Ibrahim Al-Muhandiss, devait travailler à son agrandissement et à l'exécution de son Minbar en marbre polychrome et de son portail Est vers l'an 1350 (751 AH). Ce portail est un chef d'œuvre grâce à sa plaque carrée en marbre polychrome décorée par des formes géométriques bien travaillées. Cette mosquée a une troisième porte du côté Nord au-dessus de laquelle se dresse l'immense Minaret.

 

 

5- Mosquée Al- Tawbah

La mosquée Al-Tawbah est en fait une miniature de la Grande Mosquée Al-Mansouri, et se situe sur la place Al-Dabbagha près du Khan Al-'Askar. Elle fut construite sur ordre du Sultan Al-Nassir Muhammad Bin Qalaoun à la même époque où l'on construisait les galeries de la Grande Mosquée en 1315 (715 AH.). La construction de Al-Tawbah comprend deux entrées Est et Nord, une cour ouverte avec une fontaine d'ablution au milieu. Détruite depuis quelques années, il ne reste plus que la coupole soutenue par quatre colonnes. Le Minaret se dresse sur le coin Nord-Ouest. Deux inscriptions témoignent de sa construction et de sa restauration, la première date de l'époque du Sultan Mamelouk Al-Mou’ayyed Sheikh Al-Mahmoudi en 1413 (817 AH.), et la seconde de l'époque Ottomane, du temps du gouverneur de Tripoli Hussein Ibn Youssouf Bacha Sayfa en 1613 (1021 AH.).

 

 

6- Mosquée Sidi Abdul-Wahed

La plus petite mosquée parmi les monuments Mamelouks de Tripoli, elle se situe à l'Est du Souk Al-Attarine. D'après une inscription en calligraphie marocaine, elle fut construite par le Marocain Abdul-Wahad Al-Miknassi en 1305 (705 AH.). Afin d’agrandir la salle de prière, on a couvert la cour extérieure et détruit la fontaine d’ablution. La mosquée se caractérise par son petit Minaret de faible hauteur et par sa modeste coupole qui surmonte son Mihrab de style marocain. A droite de l'entrée se trouve le sanctuaire d'un soufi, Abdul Salam Al-Mashishi, où les croyants ont l'habitude de déposer des branches de myrte. Signalons enfin que la galerie au-dessus de la mosquée est répartie en salles occupées jusqu'à nos jours par des marocains.

 

 

7- Mosquée Arghoun Shah

Cette Mosquée qui se situe sur la place Saff Al-Bilat sur la route du cimetière de Bab Al-Raml, fut construite entre 1393-1400 (796-800 AH) par le gouverneur de Tripoli Arghoun Shah. Elle se caractérise, contrairement au style Mamelouk, par son Minaret en tour circulaire qui s'élève sur le coin Sud-Est à côté du porche d'entrée qui porte au-dessus du linteau le texte d'un décret émis en 1475 (880 AH.) par le sultan Qaytbay.

 

 

8- Mosquée Al-Tahham

Cette mosquée se situe au quartier de Kahwat Al-Hitta sur la place Al-Haddadine. Elle surplombe une série de boutiques qui limitent l'accès sauf par un escalier sinueux. Son fondateur ainsi que la date de sa construction sont quasiment inconnus. Cependant l'architecture de son Minaret, quoique de faible hauteur, et la richesse de sa décoration, permettent d'affirmer qu'elle appartient au style Mamelouk. Comme dans la Mosquée de Taynal, la coupole de la salle de prière est soutenue par quatre grosses colonnes en granit couronnées de chapiteaux de style corinthien.

 

 

9- Mosquée Al-Ouwayssiyah

Cette mosquée se situe au pied de la citadelle San Gille, au Souk du Poisson dans le quartier de Bab Al-Hadid. Elle prit le nom de "Ouayssiyah" en l'honneur à Sheikh Soufi Ouways Al-Roumi. Ce monument fut à l'origine une Zaouiya à l'époque des Mamelouks, avant qu'il ne soit transformé en mosquée en 1535 (941 AH.) sous le règne du gouverneur de Tripoli, l'Émir Haydara, comme le précise la seule inscription sculptée en haut du Minaret circulaire de style Ottoman. A signaler que la grandeur de la coupole est exceptionnelle par rapport à l'époque où elle fut construite. Elle est considérée comme étant la plus grande entre toutes les coupoles des mosquées de Tripoli.

 

 

10- Mosquée Al-Sanjak

Cette mosquée située près de l'entrée de Tabbaneh qui donne accès au Souk de Blé, fut construite par Mahmoud Bey Al-Sanjak en 1617 (1027 AH.) qui en fit un legs pieux (waqf) en 1619 (1029 AH.). Son minaret détruit par la foudre, fut reconstruit par Oubayd Al-Ouch en 1879 (1295 AH.) dans un style qui rappelle les minarets ottomans d'Istanbul.

 

 

11- Mosquée Al-Moua’llaq

Cette mosquée se situe à 100 mètres au Sud de la mosquée Al-Tahham, au-dessus d'un passage voûté construit en 1562 (969 AH.), d'où son nom Al-Mouaalkq (suspendue). La Mosquée fut construite par l'Émir Mahmoud Loutfi Al-Zaïm en 1556 (963 AH.). Son Minaret, hexagonal côtoie une petite coupole qui s'élève au-dessus du porche d'entrée. Au jardin qui se situe du côté Est on y trouve le palais abandonné de l'Emir et son tombeau.

 

 

12- Mosquée Al-Houjayjiya

Cette mosquée se trouve au Souk Al-Nahassine. Son fondateur est inconnu, et il est probable qu'elle fût un monument croisé et dont la tour avait été transformée par les musulmans en minaret, une copie miniature du minaret de la Grande Mosquée. La tour de ce minaret a été détruite à une date indéterminée.

 

13- Mosquée Al-Baha'

Elle est située dans l’allée de la mosquée Abdul Wahad Al-Miknassi. La date de sa construction est inconnue. Après sa destruction, le commerçant Ahmad Ibn Moustafa Barawana s'est chargé de la reconstruire en 1750 (1163 AH.), avant qu'elle ne soit restaurée par le Sheikh Abdullah Al-Baha' Al-Halabi en 1810 (1234 AH.). Cette mosquée qui n'a pas de minaret englobe le tombeau des Sheikhs Soufis de l'école initiatique, la Tarîqa Naqshabandiyyah.

 

 

14- Mosquée Hamidi Al-Balad

Cette vieille mosquée connue sous le nom "Al-Touffahi", se situe au quartier des chrétiens à l'Ouest de Khan Al-'Askar. Sa date de construction reste inconnue. Délaissée et partiellement détruite à l'époque des Ottomans, elle fut reconstruite sur l'ordre du Sultan Abdul Hamid II en 1882 (1310 AH.), d'où son nom Hamidi Al-Balad (la mosquée Hamidi de la ville), pour éviter toute confusion avec une autre mosquée portant le même nom à Al-Mina.

 

 

15- Les Mosquées de la Citadelle

La citadelle de Tripoli comprend trois mosquées: la première, dont le minaret est en ruine, est de forme octogonale du style Fatimide et remonte au Vème siècle de l'Hégire (XIème s.); la seconde qui est la grande mosquée de la citadelle est construite en 1518 (924 AH.) par Moustafa Agha Ibn Iskandar Pacha Al-Khinjarli, gouverneur de Tripoli à l'époque du Sultan Ottoman Sélim 1er; et la troisième fut construite en 1802 (1216 AH.) par Moustafa Agha Barbar, gouverneur de Tripoli à l'époque.

 

 

16- Madrasa al-Nassiriyah

Située tout près des deux écoles Al-Mashad et Al-Shamsiyah, elle fut construite entre les années 1352-1359 (755-762 AH.) par Al-Nasser Hassan Ibn Muhammad Ibn Qalaoun qui a sculpté son blason au-dessus de la porte d'entrée.

 

 

17- Madrasa Al-Shamsiyah

C'est la plus ancienne école de style Mamelouk à Tripoli. Construite par le Qadi Shams El-Din Ahmad Ibn Attia Al-Iskandari en 1298 (697 AH.), elle se situe à gauche de l'entrée principale de la mosquée Al-Mansouri et abrite sur son toit la demeure du Qadi, considérée comme la plus ancienne maison de style Mamelouk au Liban.

 

 

18- Madrasa Al-Quartawiyah

Incontestablement c'est l'une des plus grandes et plus somptueuses écoles religieuses de Tripoli et du Liban. Elle se situe à l'Est de la Grande Mosquée Al-Mansour. Elle fut fondée par l'Emir Qaratay en 1326 (726 AH.). Sa porte d'entrée dans la façade Nord est considérée comme la plus somptueuse de tous les monuments Mamelouks en Egypte et en Syrie. Quant à sa façade Sud, elle se caractérise par sa superbe décoration et par l'abondance de ses inscriptions, où l'on peut lire huit décrets émis par des Sultans Mamelouks, des Sourates du Coran, les noms du Prophète, des Califes Éclairés et des compagnons du Prophète, comme on y peut voir le blason de l'Emir.

 

 

19- Madrasa A- Touwashiyah

Située au cœur du Souk des Orfèvres, elle fut construite au VIIIème siècle de l'Hégire (XIVème s.). Elle se distingue par sa porte richement décorée de zigzags rayonnants, de pendentifs et de nervures, par sa fenêtre de style andalou et par son Mihrab dont la partie supérieure se termine par un demi-dôme concave nervuré.

 

 

20- Madrasa Al-Saqraquiyah

Située en face de Al-Khatouniyah, elle fut construite en 1358 (760 AH.) par l'Émir Sayf Ed-Din Aqturuq Al-Hajib. Sa façade Sud où se trouve l'entrée, est décorée par un alignement de pierre horizontale formant des inscriptions coraniques et le texte contenant le don pieux de l'école; on y voit le blason de l'Emir sculpté sous forme d'épée. A l'intérieur on peut voir la tombe du fondateur surmontée d'une coupole et ornementée d'inscriptions coraniques en calligraphie Mamelouk.

 

 

21- Madrasa Al Sit Housn

Située à côté de l’école Al Nassiriyah, elle fut construite par « Hosn », la  sœur du gouverneur de Tripoli Asnadamur Al-Kurji. L’époux de Hosn, l’Emir Qoutlou Bey y fut enterré en 1316 (716 AH.).

 

 

22-Madrasa Al-Nouriyah

Située presque à l’entrée du Souk des Bijoutiers en face du Hammam Al-Nouri, elle fut construite entre les années 1305-1310 (705-710 AH.) par l'Émir Sunkur Ibn Abdullah Al-Nouri. Son Mihrab est l'élément le plus décoré, il est revêtu de mosaïques et de panneaux en marbre. En l'an 1398 (800 AH.) l'Émir Tourmish Ibn Abdullah Al-Dawadar a fait construire sa tombe dans le coin Nord de cette école et y déposa son blason sous forme de calice sur le fer de la fenêtre.

 

 

23- Madrasah Al-Ajamiyah

Située au bas de l’escalier Al-Mahatira qui mène à la citadelle, elle fut construite en 1364 (766 AH.) par Muhammad Al-Succar, comme l’indique l’inscription au-dessus de son porche d’entrée. Des inscriptions coraniques au-dessus de ses deux fenêtres décorent sa façade qui donne sur l’escalier, de même que la tombe en marbre qui se trouve à l’intérieur de l’école.

 

 

24- Madrasa Al-Khatouniyah

Située près de la Mosquée Arghoun Shah, elle fut construite en 1373 (775 AH.) par l’Emir Ezzeddine Aydamour Al-Ashrafi. Sa femme Khatoum en a fait un don pieux (wakf) comme l’indique l’inscription sculptée sur la porte d’entrée. Elle a de même exprimé le voeu d’y être enterrée. Il faut signaler que l’Emir a sculpté son blason sous forme de calice au milieu des fenêtres de la façade Ouest.

 

 

25- Madrasa Al-Zahiriyah

Située sur la route Taht Al-Sibat entre la citadelle et la mosquée Al-Bourtassi, elle fut construite en 1397 (799 AH.) par l’Emir Tagri  Barmash Al-Zahiri pour servir de tombeau à ses deux enfants, comme l’indique l’inscription sculptée au-dessus du porche d’entrée. Il a aussi sculpté son blason sous forme de calice.

 

 

26- Madrasa Al-Qadiriyah

Située près du Hammam Ezzeddine, elle est considérée comme l’une des plus grandes écoles Mamelouks de Tripoli après Al-Quartawiyah. Elle a deux entrées Est et Ouest, celle de l’Est, considérée comme étant la principale, est ornementée par des motifs décoratifs, et à sa droite une salle funéraire frappée de la date 769 H. (1367 ).

 

 

27- Grande Mosquée Al’Ali

Située au centre de l’ancienne ville d’El-Mina, elle fut construite au-dessus d’un tas de boutiques à une date indéterminée de l’époque des Mamelouks. Lors de sa construction, cette mosquée était petite, n’ayant comme voie d’accès qu’un escalier, mais elle fut restaurée et agrandie en 1722 (1135 AH.) par Abou Bakr Ibn Muhammad Agha, comme le précise une inscription sculptée à l’intérieur de la salle d’ablution.

 

 

28-Madrasa Al-Mashad

Cette école, dont le fondateur est inconnu, se situe en face de la Madrasa Al-Shamsiyah. Sa porte d’entrée est considérée comme étant parmi les plus belles de style Mamelouk. Son intérieur est ornementé de plâtre et de marbre, de Sourates Coraniques et de blason sous forme de calice.

 

 

29-Madrasa Al-Mardaniyah

Située dans l’ancien Souk d’El-Mina, elle fut construite en 1307 (707 AH.) par l’Emir Ala’El-din Aydgoumoush Al-Mardani au-dessus d’un tas de boutiques et l’on y accède par un escalier. Au-dessus de son porche d’entrée se trouvent sculptés sur une plaque en marbre la date de sa fondation, ainsi que le blason sous forme de calice.

 

 

30- Madrasa Al-Homsi

Située au centre de la place Al-Tarbi’a, elle fut construite vers 1324 (724AH.) par l’Emir Alameddine Sanjar Al-Homsi.

 

 

Autres mosquées à Tripoli       

On peut citer à Tripoli d’autres mosquées et écoles  religieuses des époques Mamelouk et Ottomane, comme la mosquée Al-Khanqah et les madrasa Al-Mahmoudiyah, Al-Rifa’iyah, Al-Kassimiyah, Ouglou, des Martyrs, Al-Habbak, Al-Sunjouk (à l’intérieur de la mosquée Al-Ouayssiyah), Al-Shaleh, Al-Sabbag, Al-Kraymiyah, Al-Dahham, Al-Jawish, Al-Sabsabiyah, Al-Bchinnatiyah. On peut de même citer un nombre de Taqiyas (couvent de mystiques), comme Al-Mawlawiyah, Al-Qadiriyah, Al-Rajabiyah, Al-Dabboussiyah, Al-Naml, Al-Hizam et Al-Afghaniyah.

 

Al-Mina

Enfin, il faut mentionner qu’à Al-Mina se trouvent les mosquées Al-Hamidi et Bourj Barsbay et la madrasa Al-Arif.




Al Minieh Al Donieh

1-Mosquee Al-Baddawi

Située à 5 km sur la côte au Nord de Tripoli, la banlieue de Baddawi est célèbre  par son bassin historique qui a attiré l’attention des voyageurs européens et des visiteurs du monde grâce au grand nombre de poissons colorés et... sacrés – croyait-on ! – qui y vivaient. A côté du bassin, l’Emir Mamelouk Damerdash Al-Muhammadi a fait construire entre 1388 et 1394 (790-796 AH.) une Zaouiya au-dessus d’une tombe. La Douiya agrandie à des époques ultérieures fut transformée en mosquée. L’ancienne façade Mamelouk tient jusqu’à nos jours.

 

 

2- Mosquée et Mausolée du Prophète Yousha' à Minieh

Au pied de la montagne de Tourbol qui domine le village de Minieh du côté Est, et à l'intérieur d'une caverne de 15 mètres de profondeur et d'un mètre et demi de hauteur, repose une tombe de 12 pieds de longueur que les croyants de toutes les religions monothéistes visitent en guise de bénédiction. Selon une tradition populaire, il s'agit de la tombe d'un personnage biblique, Josué fils de Nûn mentionné dans « l’Exode » (la Bible), successeur de Moïse. Cependant une ancienne inscription, dont le texte a été cité par Abdul Ghani Al-Naboulsi en 1693 (1105 AH.), brouille les pistes: "Dans cette tombe construite par le Sultan de Tripoli Al-Mouqtafi Al-Salihi en l'an 684 de l'Hégire, gît le serviteur de Dieu Yousha' (Josué)". Or en cette année aucun sultan portant ce nom ne gouvernait Tripoli, d'autant plus que la ville était encore sous le contrôle des Croisés. En 1763 (1175 AH.) le gouverneur de Tripoli Al-Wazir Muhammad Pacha Al-Kourji a fixé une épitaphe sur la tombe sur laquelle il a sculpté deux vers. A l'entrée de la tombe se trouve une petite salle de prière dotée d'un Mihrab; et au-dessus de la Caverne et de la salle de prière s'élève une grande mosquée de l'époque Ottomane, à laquelle on accède par un escalier. Selon une croyance populaire l'eau qui dégoutte du plafond de la caverne coule abondamment durant la saison de sécheresse par la volonté de Dieu.




Caza du Akkar

Dans la vaste plaine et sur les collines du caza de Akkar se trouve disséminé dans les villes et villages, un grand nombre de monuments islamiques historiques.

 

1- Mosquée du Sheikh Ayyache

Située au village de Sheikh Ayyache près de la frontière syrienne, cette ancienne mosquée dont la date de construction est indéterminée, a une coupole striée reposant sur une base octogonale au centre de la salle de prière.

 

 

2- Mosquée Al-Biri

Située au village Al-Biri sur un vaste terrain au milieu des arbres, cette mosquée construite en pierre basaltique qu'on trouve abondamment dans la région, côtoie l'ancien sérail qui fut probablement une forteresse croisée. Sa coupole demi-circulaire centre son milieu et repose sur une base octogonale. Son Minaret s'élève sur le coin Nord de la salle de prière. Au-dessus du porche d'entrée, la plaque inscrite contient deux vers. A l'intérieur des motifs décoratifs en dessous de cette plaque, on peut lire la date de construction de la mosquée en 1882 (1300 AH.).

 

 

3- Mosquée Qobbat Bchamra

Située dans le petit village de Qobbat Bchamra dans la plaine de Akkar, non loin de la cote près de l'aéroport de Qolay'at, cette ancienne mosquée de style Mamelouk contient une salle funéraire dans laquelle se trouve une tombe rectangulaire de dix mètres de longueur connue sous le nom de la tombe du "martyr de la mer". Son Mihrab est placé au milieu du mur Sud.

 

 

4- Madrasa Al-Hamidiyah – Mash-ha

Le village de Mash-ha situé au Sud-Est de Halba entre Qobayyat et Berkayel, tire son prestige de son école religieuse Al-Hamidiyah et sa riche bibliothèque. Elle fut construite en 1893 (1311 AH.) sur ordre du Sultan Abdul Hamid II, grâce à la sollicitation d'Osman Pacha Ibn Muhammad Bey, l'un des émirs de la région, afin de servir de centre de rayonnement culturel et de lieu de culte. Sur sa porte sont gravés le sceau et la signature du Sultan, des vers, ainsi que la date de sa construction.

 

 

5- Mosquée Al-Bourj - Jouma

Située au village Al-Bourj dans la région de Jouma, elle fut construite par Ali Pacha Al-Ass'ad Al-Merhebi, gouverneur de Tripoli et du Akkar, à l'intérieur de la forteresse de son immense sérail. Elle est formée d'une grande salle de prière avec des voûtes en pierre sableuse, à l'instar des mosquées de Tripoli. Au-dessus du porche d'entrée, une plaque précise la date de sa construction en 1810 (1224 AH.).

 

 

6- Mosquée Al-Zahir Baibaras – Akkar Al- ’Atiqua

Située à l'intérieur d'une forteresse du village de Akkar Al-'Atiqa (à 24 km. de Halba), elle fut construite en 1272 (670 AH.) par le Sultan Al-Zahir Baïbaras qui y a sculpté son blason sous forme de lion. Cette mosquée fut détruite dans la lutte entre Youssouf Pacha Sayfa, gouverneur de Tripoli et du Akkar, et l'Émir Fakhreddine II; celui-ci, après avoir mis en ruine la forteresse, a transporté ses pierres à Deir El-Qamar.

Dès lors, la mosquée a été délaissée avant de tomber en ruine. De nos jours, il ne reste de ses vestiges que le Mihrab et la coupole dans le quartier de la Taqiyah près de la forteresse, avec une inscription mentionnant que la mosquée a été reconstruite à l'époque Ottomane, à une date indéterminée, sur ordre du gouverneur de Hama.

 

 

7- Taquiyah Akkar Al-'Atiqa

Située près de la forteresse et de la Mosquée de Qalaoun, elle fut construite en 1598 (1007 AH.) par le gouverneur de Tripoli et de Akkar Yousouf Pacha Sayfa, dont le nom ainsi que la date de construction de la Taqiyah sont sculptés au-dessus du linteau sur une plaque décorée avec les motifs de l'iris. Cette Taquiyah est construite en pierre de taille couleurs blanche et noire disposées alternativement.

 

 

8- Mosquée de Qalaoun

Située près de la mosquée Al-Zahir Baïbaras au quartier de la Taqiyah à Akkar Al-'Atiqa, cette mosquée de style Mamelouk est, elle aussi, en ruine. Elle fut construite par le Sultan Al-Mansour Qalaoun, comme le précise l'inscription sculptée sur une plaque de pierre.

 

 

Autres Mosquées au Nord:

On peut trouver dans la Mouhafaza (Département) du Liban Nord d'autres lieux de cultes islamique en voie de disparition, tels la mosquée Mamelouk de Kaftoun (Koura), la mosquée Fatimide de Daraya dans la montagne de Danniyé, le mausolée du Prophéte Yacoub des villages de Beit Gida et Assoun à Danniyé, et la mosquée Ottomane à Sir.






Username
Password
Forget Password ?